Les ressources sont dans la personne

L'inconscient est un réservoir de ressources inexploitées. Les interventions viseront à développer et rendre disponible ces ressources.

L'inconscient : ses domaines de compétences

La condition du changement est donc l’accès à des ressources. La difficulté du changement psychologique réside dans la nature inconsciente de ces ressources. La thérapie en est une clef d’accès.

En évoquant le terme d’ « inconscient « , on est loin ici des conceptions freudiennes, faisant de l’inconscience une entité obscure voire menaçante qui joue le plus souvent des tours pendables.

Erickson a introduit une vision bien différente et opératrice de l’inconscient :
Le conscient, c’est la conscience du moi ici et maintenant, c’est-à-dire les quelques choses que vous êtes en train de faire, les quelques choses auxquelles vous portez attention.
L’inconscient, c’est tout le reste, « ce qui n’est pas encore conscient », conception ericksonienne très large, 95% de notre fonctionnement est inconscient.

La thérapie brève établit un pont vers cette richesse intérieure. C’est un moment privilégié où la partie émergée de l’iceberg, consciente, fait appel à la partie immergée, inconsciente.

Différentes fonctions utiles de l'inconscient

1. Fonction de connaissances 

L’inconscient est une gigantesque archive d’apprentissages, de souvenirs, de connaissances… C’est entre autre le siège des expériences de vie, des croyances, des stratégies internes qui vont générer nos émotions et nos comportements (adaptés ou pathologiques).

2. Fonction biologique

L’inconscient fait fonctionner notre corps (équilibres naturels, régulations psychologiques autonomes, système immunitaire, …). Il n’y a pas ici de dichotomie psycho-soma : « L’esprit et le corps représentent deux aspects d’un seul et même système d’information : la vie. » (Rossi)

3. Fonction de protection

L’inconscient est le siège de l’instinct de survie mais aussi par exemple de l’intuition. Il sait rendre conscient ce qui est nécessaire au sujet (prises de conscience), mettre de côté ce qui pose probème ou est inutile (refoulement, oubli). Il est orienté vers le bien-être et la survie.

Changement et Inconscient

Un changement de représentation de la réalité s’établit à un niveau inconscient avant d’être conscientisé de manière plus ou moins parcellaire. Il s’agit d’accèder à des ressources jusque là inconnues et donc inutilisées :

« Vous savez beaucoup plus de choses, que vous savez, que vous savez. » M. H. Erickson.

Ceci rejoint le présupposé de la programmation neuro-linguistique :
« Chaque personne dispose déjà de toutes les ressources dont elle a besoin. »

Ces aspects introduisent la nécessité de la variation de l’état de conscience dans la relation thérapeutique. L’état de conscience modifié constituera un moment de choix : d’accès aux informations et de travail intérieur d’évolution ou de changement

Conscient
___________________________

Inconscient                        Changement, évolution
____________________________

Sommeil

Caractéristiques de l'Inconscient

Avant de découvrir les modalités ou techniques de communication avec l’inconscient, il convient de définir les contours et caractéristiques de cette richesse intérieures.

– L’inconscient est hyper-compétent : il est capable de traiter de multiples informations de manière simultanée, et à une grande vitesse. Les ressources thérapeutiques sont donc puissantes voire illimitées.
– L’inconscient est omniscient : il contient et manie des informations sans que le conscient en soit informé. Le travail thérapeutique peut donc s’installer à différents niveaux : au-delà des capacités conscientes, de manière large et approfondie.
– L’inconscient est personnel : tout ce qui concerne la vie du sujet est stocké, archivé et constitue donc un matériau utile. En mobilisant l’inconscient, on sollicite l’entière intériorité de la personne, dans toute sa richesse d’information et sa profondeur.
– L’inconscient est autonome : il possède ses propres modes de fonctionnement, indépendants des limites du conscient. Là où le fonctionnement conscient est bloqué ou inefficace, l’inconscient peut mettre en place des processus qui lui sont personnels.
– L’inconscient est constamment présent : le conscient connaît des périodes de veille et de sommeil, l’inconscient a une activité et donc une capacité d’action permanente.
– L’inconscient est créatif : sollicité de manière adaptée, il mobilie des ressources diverses et variées et met en place des solutions insoupçonnées, ignorées consciemment.
– L’inconscient est une gigantesque archive : tout évenement, connaissance, expérience, consciemment connus ou non, sont archivés et réutilisables. L’inconscient est grand réservoir d’informations.
– L’inconscient a un fonctionnement simple : il est concret, littéral, ne connaît pas l’abstraction, privilégie les fonctionnements élémentaires (survie, facilité…). La communication doit donc s’adapter à ses caractéristiques avec un langage et des techniques pertinentes.

Fermer le menu